Kea & Partners - Partners for transformation

Qu'est-ce que la culture et pourquoi s'y intéresser ?

 

Jérôme Julia, Senior Partner

Kea : un projet porté par des valeurs

Close

Aspirations des Français
pour la Nation
pour l'Entreprise

Close

"Culture eats strategy for breakfast "

C'est la citation que Mark Fields, ancien PDG de Ford, attribue au professeur Peter Drucker : mettre la culture d’entreprise au cœur de la stratégie serait l’appréhender moins comme un objet de changement que comme la principale ressource de l’entreprise. Au-delà de cette formule un peu péremptoire, reste à comprendre en pratique les liens à l’œuvre entre stratégie et culture.

 

Qu’est-ce que la culture ?

"The way we do things around here" répondrait un Américain pragmatique. Le Français, plus cartésien voire cérébral, répondrait : c’est la manière, largement implicite et non exprimée, de se comporter, d’agir, de penser et de ressentir des émotions, partagée par un groupe d’individus ou une organisation. La culture est l’élément appris du comportement humain, dans des institutions comme la famille, l’école, l’armée, la religion, un parti politique, un engagement social ou encore l’entreprise. C’est le fondement de tout le symbolique d’une société.

Dans l’entreprise, il est aussi possible d’avoir recours à l’image du bocal et de son poisson. Par analogie, l’eau est la culture dans laquelle nous baignons, sans nous en rendre compte. Elle est vitale mais nous ne ressentons pas toujours le besoin de la décrire. Elle est invisible mais pourtant on peut la mesurer.

Trois exemples d’entreprise pour mieux comprendre
Premier exemple, au sein du groupe BIC, la décentralisation et le culte de la simplicité sont si forts que les Brésiliens pensent que BIC est une entreprise brésilienne, les Américains une entreprise américaine et les Français une entreprise française. Deuxième exemple, le groupe KILOUTOU, quatrième loueur européen de matériels, a une culture d’entreprise très forte, qui a été un ingrédient du succès du modèle jusqu’à présent : le "sang jaune" (vs les "rouges" de Loxam) – fait d’engagement, sens du sacrifice, esprit de conquête, responsabilisation et convivialité – inspire la raison d’être, la vision à 10 ans des dirigeants. Troisième exemple, le cas de RENAULT NISSAN, à propos duquel Jean-Dominique Sénard, Président de Renault, déclare en mars 2019 : "La seule fusion dont je me préoccupe est celle de nos cultures".

Une matière paradoxale
Concernant la culture d’entreprise, nous vivons un triple paradoxe : un sujet considéré comme essentiel mais finalement peu investi (souvenons-nous des regrets de Jean Monnet de ne pas avoir commencé l’Europe par-là) ; une composante généralement admise comme non mesurable, alors que l’intelligence artificielle, la smart data et les GAFA mesurent tout ou presque ; une interrogation, voire une sidération du dirigeant sur sa légitimité à expliciter et à transformer cette matière, alors qu’il se sent souvent légitime pour tout le reste…

Un actif immatériel clef
Chez Kea, nous considérons que c’est un actif immatériel clef, une ressource à la disposition du dirigeant pour que son entreprise réussisse un triple défi :

  • être authentiquement responsable,
  • innover, générer de la richesse et créer son futur,
  • se transformer.

La culture interagit avec les autres actifs immatériels de l’entreprise : ses savoir-faire, son capital relationnel, ses spécificités organisationnelles… C’est une énergie renouvelable, qui ne s’épuise que lorsqu’on ne s’en sert pas.

Nous avons ainsi la conviction que lier culture et stratégie est un thème d’avenir. Tout d’abord, c’est un thème porteur pour les individus en entreprise, un thème "populaire" auprès des travailleurs parce qu’il donne du sens, se situe plus du côté de l’humain que de la structure. Ensuite, c’est un thème attractif pour les investisseurs, dirigeants et managers, à la recherche d’un avantage compétitif ultime, non copiable mais à transmettre, un nouvel enjeu de management et d’organisation. Enfin, c’est un thème majeur pour les consultants et tous les passeurs, innovateurs et accélérateurs de mutations.

Nous avons l’intuition que culture et stratégie d’entreprise sont doublement liées : elles s’influencent et s’inspirent mutuellement. La culture d’une organisation oriente les décisions de ses dirigeants et, en même temps, permet leur mise en œuvre. C’est une source de motivation et de fierté mais aussi de cohésion et d’efficacité, singulière et précieuse.