Open Site Navigation

FR | EN | BR

175 éléments trouvés pour «  »

Posts de blog 89

  • Ecosystèmes intégrés : une nouvelle donne pour les entreprises

    L’exercice stratégique des entreprises s’inscrit encore majoritairement dans une logique de rivalité : le marché serait un jeu à somme nulle où la seule finalité consisterait à croître, quitte à ce que cela se fasse aux dépens d’autrui. Archétypes de cette logique : les GAFAM et BATX, qui jouent sur les effets réseaux pour rafler la mise ("winner takes all") au point d’inhiber l’innovation et de fragiliser la croissance économique à long-terme (1). Nous assistons actuellement à une conjonction historique de phénomènes planétaires qui interrogent la prédominance de la logique rivale au profit d’une logique d’alliance. Stagnation séculaire, crise sanitaire, réchauffement climatique, tensions sociales, reconfigurations géopolitique : il s’agit de phénomènes transverses, diffus, durables, aux effets parfois irréversibles, qu’aucun acteur ne peut prétendre résoudre tout seul. De la crise des sous-marins (défense) au consortium des fabricants de cosmétiques (environnement), en passant par le rapprochement de Sekoia, HarfangLab et PradeoHenkel (cybersécurité), l’actualité nous offre chaque jour une preuve supplémentaire de ce basculement. En comprendre les enjeux et les implications en matière de gouvernance va s’avérer critique dans les années qui viennent. Nos travaux en collaboration avec nos clients montrent que les entreprises qui évolueront en vase clos, indépendamment des mutations du monde, sans impliquer leurs parties prenantes dans des projets d’intérêt collectif, ne survivront pas. Ceux qui au contraire seront capables d’hybrider leurs organisations traditionnelles avec des écosystèmes intégrés gagneront en résilience et en performance globale. C'est tout le propos de ce position paper que d'éclairer ce nouveau champs d'action et de coopération pour les entreprises. Au sommaire : Quelles sont les dynamiques de long-terme sur le marché qui remettent en cause la logique dominante de rivalité ? Quels sont les nouveaux modèles d’organisation et de gouvernance qu’une entreprise doit être capable de maîtriser ? Quelles sont les 4 étapes clés pour passer d’une logique rivale "business as usual" à une logique citoyenne "d’écosystème intégré" ? Quels sont les 6 types d’écosystèmes aujourd’hui à l’œuvre ? Quels critères permettent de déterminer le meilleur pour chaque entreprise ? Avec quelles parties prenantes s’associer et quels modes de gouvernance mettre en place pour maximiser la performance et les synergies de son écosystème ? (1) Le pouvoir de la destruction créatrice, Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel, Odile Jacob 2020 Christophe Burtin Partner & Président de Faire! Mieux Email I Linkedin François-Régis de Guenyveau Directeur R&D du pôle Impact & Transformation responsable Email I Linkedin En savoir plus : Découvrir notre modèle en 9 champs pour éclairer les chemins de transformation responsable Position Paper B1 : l'immatériel, chaînon manquant entre financier et extra-financier Position Paper B3 : nouveaux modèles de croissance durable

  • 20 ans... de transformation responsable

    Responsabilité : la grande transformation DieselGate, procès France Télécom, condamnation des géants technologiques, boycott des marques jugées trop polluantes, nouvelles réglementations… "L’eau monte" dans les entreprises et le phénomène est parfois si rapide qu’il peut sembler nouveau. En réalité, la responsabilité a toujours été le grand moteur de l’entreprise. Chaque phase du capitalisme a donné lieu à une nouvelle critique, donc une nouvelle injonction responsable, forçant les organisations à se réinventer. Ce qui est nouveau depuis 20 ans, c’est la nature de la responsabilité et la vitesse de la transformation des entreprises. D’une logique de conformité aux lois, nous sommes passés à une contribution aux biens communs qui doit se refléter désormais au cœur de l’activité. Entreprise & responsabilité : 2 siècles d'amour et de haine 19ème : pendant que Dickens explore les bas-fonds du Londres ouvrier, von Mohl plaide en faveur de comités ouvriers dans les usines. Première responsabilité incarnée par les lois sociales : préserver la santé physique des travailleurs. Début 20ème : Ford exporte le travail à la chaîne et Charlie Chaplin se laisse avaler par les rouages de notre folie mécaniste. Deuxième responsabilité, que l’entreprise n’endossera qu’à moitié étant donné l’urgence de la guerre : assurer l’employabilité du travailleur face à l’hubris technique. Trente Glorieuses : opulence, croissance, matérialisme. L’Occident devient le théâtre de l’érotisation du shopping. La critique s’exprime dans le rapport Meadows, dans les courants New Age, sur les pelouses de Berkeley envahies par une herbe d’une autre espèce ou encore dans le tube de John Lennon, Lucy in the Sky with Diamonds, aux initiales plus que suggestives. Troisième responsabilité, que l’entreprise peine encore à endosser : régénérer la Terre dont nous détruisons impunément les ressources. Fin 20ème : mouvement, vitesse, changement permanent. Pendant que Gordon Gekko palpe ses millions à Wall Street, Patrick Bateman ne trouve plus de sens à son travail et verse dans la psychopathologie. C’est le début des bullshit jobs et des burn out. Quatrième responsabilité : veiller à la santé mentale des travailleurs. Et ces dernières années ? Changement de cap ? Nous assistons à une conjonction inédite de toutes les responsabilités et de toutes les critiques, attisées par les crises de 2001, 2008 et 2020. Décarbonation, inclusion, autonomie, épanouissement, contribution à la société : jamais le capitalisme ne s’est vu attaqué sur tant de fronts à la fois ; jamais les dirigeants d’entreprise ne se sont sentis aussi engagés à jouer collectif. Nous passons de la pulsion à la vertu, de la croissance à la contribution, du paradigme de la conquête à celui de la responsabilité, avec tous les espoirs et les dangers que représente un tel basculement. Kea a été fondé il y a 20 ans avec l’ambition d’accompagner les dirigeants dans cette transformation de longue haleine. Sa raison d’être a toujours été de construire une troisième voie entre le statu quo et l’activisme. Ni laisser-faire donc, ni mythe du grand soir : l’optimisme de combat, pour reprendre Philippe Aghion [1], résume notre ambition. Le goût de la responsabilité, oui, mais sans renoncer à l’action et la liberté d’entreprendre. 2001 - 2021 : Le marché se transforme vers plus de responsabilité, Kea aussi 2001 : pendant qu’Enron fait faillite et que la bulle Internet éclate, donnant tort à la stratégie court-termiste des investisseurs, Kea naît avec l’idée d’un partnership très ouvert pour garantir le partage de la valeur créée et la transmission du capital des plus anciens aux plus jeunes. 2004 : l’Occident est en panne de croissance, l’Insee multiplie des rapports alarmistes. Chacun se creuse la tête pour trouver de nouvelles sources de valeur. Dans la Revue de Kea n°2, Michel Bon fait de la responsabilisation et de la construction d’un projet commun la clé des stratégies de croissance de demain. 2009 : France Télécom est frappée par une vague de suicides dans le cadre de son plan de transformation. Quelques années plus tard, elle sera la première entreprise du CAC 40 à être condamnée pour harcèlement moral. Dans la Revue de Kea n°12, Jean-Christian Fauvet partage les trésors de la sociodynamique, qui vise à rendre les hommes et les femmes acteurs de la transformation de leur entreprise. Jean-René Fourtou retrace de son côté ce que cette discipline responsable lui a apporté chez Bossard puis Vivendi, tandis que le philosophe François Jullien explore les vertus des transformations silencieuses comme façons de concevoir la stratégie. 2011 : la COP-17 débouche sur la "Décision de Durban", qui reconnaît que tous les pays doivent faire face de manière urgente à la menace grave et potentiellement irréversible des changements climatiques. En parallèle, nous menons le débat avec Michel-Edouard Leclerc et Franck Riboud sur le développement durable et son implication dans l’exercice stratégique des dirigeants, sans langue de bois, devant un parterre de 200 personnes du monde économique. 2014 : la loi Économie sociale et solidaire est votée à l’Assemblée. Elle vise à reconnaître et valoriser ce mode économique spécifique et à provoquer un choc coopératif partout en France. Le Groupe Kea s’inscrit dans cette dynamique en s’associant à la création de Co Conseil, une coopérative de conseil à but non lucratif, sous l’impulsion de Syntec Conseil et en partenariat avec 3 autres cabinets fondateurs. 2018 : soucieux d’incarner nos valeurs dans tous les pays où nous intervenons, nous souhaitons renforcer notre engagement sociétal en Afrique et en Asie. L’accès aux soins, dans un contexte d’explosion démographique, nous apparaît comme prioritaire. Dans cette optique, Kea noue un partenariat stratégique avec Tech Care For All : une start-up de l'économie sociale & solidaire qui commercialise des solutions d’e-santé et en assure le déploiement en s’appuyant sur des réseaux d’entrepreneurs locaux ainsi que sur de grands bailleurs de fonds présents en Afrique et en Inde. 2019 : Facebook et Cambridge Analytica, procès Uber, Amazon assigné en justice par Bercy… Les plateformes sont dans le collimateur. Le think and do tank Entreprises et Progrès [2] nous demande d’animer un cercle de réflexion sur le sujet. Un livre blanc s’en fait l’écho : tout en reconnaissant l’ultra performance de ces modèles économiques, il pose la question centrale du partage de la valeur. Irresponsables, les plateformes ? Pas forcément si l’on se dote d’institutions de régulation adaptées. 2020 : la loi Pacte est promulguée : l’ambition est de faire des entreprises le premier levier de la transformation économique du pays. Kea devient le 1er cabinet européen de conseil en stratégie à adopter la qualité de "Société à Mission". À la fin de l’année, 88 entreprises ont elles aussi franchi le pas en France ; elles sont une centaine en février 2021 et le mouvement s’amplifie au fil des mois. Dans la Revue n°24, nous donnons la parole à des dirigeants et philosophe sur leur conception de la transformation en et vers la responsabilité, en contrepoint des grandes lignes de notre démarche. 2021 : B Corp constitue une communauté de quelque 3000 entreprises engagées dans la transformation responsable de l’Économie. Kea la rejoint officiellement en mars. La même année, nous lançons Économie Souhaitable, une plateforme d’inspiration et d’idées pour agir. Côté clients, nous apportons un modèle de référence pour transformer leur entreprise pas à pas et contribuer à un monde économique à impact positif. Nous sommes également partie prenante du do tank "Faire! Mieux" qui a pour vocation d’engager la transformation positive du secteur alimentaire sous forme de coalitions de projets. Le monde d'après ? Ou l'après Covid ? Bien malin celui qui peut le prédire, mais certaines tendances se dessinent. Le périmètre de la responsabilité va continuer de s’étendre. Car, au-delà de sa dimension réglementaire et normative, elle devient un avantage compétitif pour l’Europe, un projet de civilisation. Entre le "capitalisme transnational de plateforme" (Etats-Unis) et le "capitalisme à forte impulsion étatique" (Chine) [3], l’Europe va tenter de construire un "capitalisme démocratique", au service des citoyens, fondé sur la recherche du bien-être, l’éducation, la santé, la culture. Le défi, bien que globalement plébiscité par la population, est, cela dit, loin d’être relevé. L’Europe peine à le réaliser et à s’imposer en dehors de ses frontières : non seulement elle dépend de l’outillage technologique des deux autres capitalismes, mais elle manque considérablement de coordination politique. Deux facteurs pourront maximiser ses chances de réussite. D’une part, des institutions capables d’organiser efficacement cette transition à l’échelle européenne, c’est-à-dire de créer les plateformes de partage adéquates, de valoriser les entreprises exemplaires, de sanctionner les resquilleurs. D’autre part, des dirigeants tenaces. Capables de traduire les enjeux RSE dans toutes les composantes clés de leur entreprise. D’éviter le blues des collapsologues et l’utopisme des candides. Et de tenir le cap contre les railleurs… La critique est aisée mais l’art est difficile ! [1] Le Pouvoir de la destruction créatrice, Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel, Odile Jacob, 2020 [2] Entreprise et progrès, association née il y a 50 ans réunissant les dirigeants sensibles à la création de valeurs et pas seulement de la valeur actionnariale. Kea est l’un des membres du comité exécutif. [3] Robert Boyer, Les capitalismes à l'épreuve de la pandémie, La Découverte, 2020 François-Régis de Guenyveau Responsable R&D du pôle Impact & Transformation responsable Email I Linkedin À lire également : 20 ans de transformation… des business models 20 ans de transformation… digitale 20 ans d'innovation #Kea20ans

  • 20 ans... de changement de business model

    Business model : la nature au chevet du management 2OO1 : certains annoncent déjà que demain ne sera plus jamais comme avant 15 jours avant le lancement de Kea, nous travaillons avec excitation quand les tours de New York tombent et avec elles une partie de l’économie nourrie aux stéroïdes : les start-ups s’écroulent, les grands projets portés par la technologie sont arrêtés, les faillites de grands groupes - tel Enron - s’accumulent et mettent à mal la réputation des cabinets d’audit, obligés alors de se séparer de leur branche conseil pour ne pas être juge et partie. Le mot Transformation prend à l’époque son essor alors qu’il est employé ad nauseam aujourd’hui ; c’est notre baseline et notre conviction originelle que la réussite viendra désormais de l’alignement entre stratégie et culture, qu’il faut donner de l’élan aux hommes pour garantir de "l’élan aux chiffres", que la transformation commence le premier jour et devient une discipline stratégique et non un sujet de gestion du changement, quand tout est déjà ficelé et décidé. Dès 2002, les affaires reprennent ; la mondialisation passe à la vitesse supérieure et reconfigure les chaînes de valeur. Avec la spécialisation à la maille des continents, la conception, le design, le sourcing, la production et la distribution se retrouvent géographiquement dispersés. Ces transformations changent le modèle d’entreprise : l’organisation matricielle se déploie à grande échelle pour à la fois conquérir les géographies rapidement et conserver à travers des BU mondiales le cœur de savoir-faire. La démographie des grands groupes évolue aussi, avec la disparition de beaucoup de cols bleus, l’outsourcing de métiers à faible valeur ajoutée et l’apparition de processus parfois bureaucratiques pour assurer le command & control au niveau mondial. La culture d’entreprise se transforme : "globish", fonctionnement en réseau, explosion du transport aérien par la migration continue des cadres ! Notre intuition se vérifie : l’alignement entre stratégie et culture s’avère essentiel, la qualité de l’organisation devient un atout majeur… mais des impasses demeurent. Il y a 20 ans, les organisations se transforment… et se ressemblent. Dans cet océan de mimétisme, de belles histoires singulières émergent et font référence en France. Les distributeurs indépendants, basés sur le modèle coopératif, prennent le pas sur les entreprises succursalistes cotées ou non : l’organisation et la culture deviennent ici des atouts concurrentiels distinctifs ; l’approche par le terrain, la proximité avec les territoires, la capacité à sentir les aspirations des clients et à décider au bon niveau sont clés. L’investissement, concentré sur le territoire domestique, leur permet de construire aussi des outils logistiques et technologiques puissants à l’égal de leurs compétiteurs. Les germes d’un changement de damier sont déjà là et nous sommes fiers d’en avoir accompagné deux d’entre eux. Il y a 20 ans, le 2 septembre 2002, lors du 4ème Sommet de la Terre à Johannesburg, Jacques Chirac prononce cette phrase désormais célèbre :"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Le sujet climat est alors absent de la boussole de (presque) toutes les entreprises. 20 ans plus tard, la Covid change le discours, peut-être demain la donne. On annonce que demain ne sera jamais plus comme avant : place au localisme, à la régionalisation des chaînes de valeur, à la souveraineté industrielle, à la décarbonation tous azimuts ! Waouh, la prise de conscience monte chez les dirigeants pour transformer leur entreprise en responsabilité et vers la responsabilité. La conduite des transformations évolue à l’image des "trois sœurs", une technique agricole adaptative et résiliente : celle-ci mixte trois cultures traditionnelles et complémentaires : la courge, le maïs et le haricot. Chacune d’entre elles œuvre en synergie avec l’autre : le maïs, vigoureux et élancé, pour servir de cadre et de tuteur bienveillant aux autres plantes ; la courge, pour éliminer les doublons et créer les conditions de la croissance ; le haricot, fort en azote, pour donner de l’énergie et accélérer la croissance… Bref, un retour à la nature pour le management ! En miroir, trois transitions sont maintenant à l’agenda du dirigeant et vont s’entrechoquer : transition numérique, transition énergétique, transition démographique ; de cette dernière, on n’entend encore peu parler. Or la démographie, à l’inverse du climat, est la chose la plus prévisible : l’âge moyen des travailleurs va augmenter, le jeune collaborateur sera une denrée rare ; la question des organisations permettant de jouer dynamique intergénérationnelle et évolution des compétences va se poser, à rebours de plein de réflexes ancrés ces 20 dernières années... La transformation profonde et responsable, c’est d’abord beaucoup d’humilité, une vision, du temps, de l’obstination, de l’agilité dans la trajectoire, du pouvoir d’agir donné aux collaborateurs, pour remettre en cause les idées reçues. Bref, la transformation reste un art et nous donne chez Kea une raison d’être pour 20 années de plus ! Hervé Baculard Partner Email I Linkedin À lire également : 20 ans de transformation… digitale 20 ans de transformation... responsable 20 ans d'innovation #Kea20ans

Tout afficher

Pages 86

  • Kea & Partners, cabinet de conseil en stratégie

    POSITION PAPER ÉCOSYTÈMES INTÉGRÉS : UNE NOUVELLE DONNE POUR LES ENTREPRISES L’exercice stratégique s’inscrit encore majoritairement dans une logique de rivalité. Or les défis planétaires imposent de développer des stratégies de coopération. DÉCOUVRIR Vos enjeux, nos angles d'attaque EXPERTISES INSPIRATION Découvrez nos points de vue Vous recherchez des points de vue, des sources d'inspiration pour sortir du cadre et prendre de la hauteur ? DÉCOUVRIR 20 ans d'innovation et d'utopie Le futur a de l'avenir... Toujours ! DÉCOUVRIR 20 ans de transformation responsable Ou le changement de nature de la responsabilité DÉCOUVRIR 20 ans de transformation numérique Digital, demain sera beau DÉCOUVRIR 20 ans de changement de business model La nature au chevet du management DÉCOUVRIR ÉVÉNEMENTS STRATÉGIE DÉCOUVRIR Quels nouveaux modèles économiques pour la filière mode ? Usine du futur DÉCOUVRIR Quel modèle pour nos usines et les métiers industriels ? Pour quelle attractivité ? PUBLICATIONS TOUS LES ÉVÉNEMENTS [événement] Campus de l’Innovation Managériale 3ème édition A distance & multi-lieux 25 11 [conférence] Retail : quels business models d'après crise ? Via le Procos 8 10 KEA & PARTNERS 1er cabinet européen de conseil en stratégie devenu "entreprise à mission", membre de la communauté B Corp Accompagner les directions générales, en France et l’international, sur 5 champs stratégiques majeurs pensés à l’aune de la responsabilité : Réinventer les business modèles Optimiser les modèles opérationnels Repenser les modèles de gouvernance et de structure Redéfinir les modes de management et de leadership Élaborer les routes de transformation. MÉTIER Œuvrer aux côtés des dirigeants à un capitalisme à visage humain, en tant qu’acteur de conseil précurseur, engagé et responsable depuis la création de Kea en 2001. Entreprendre les transformations pour une économie souhaitable, telle est notre raison d'être. AMBITION EMPREINTE Nous intervenons sur 4 secteurs clés - Distribution, Grande consommation, Industrie et Services & Finance, en France et à l’international, et apportons des réponses face aux disruptions actuelles : digital, innovation et transformation responsable. Forts de notre réseau The Transformation Alliance, nous comptons aujourd'hui plus de 500 consultants, avec 15 bureaux dans 12 pays. CARRIÈRES Rejoignez-nous ! N'attendez plus, découvrez vite les offres du groupe Kea ! NOS DERNIÈRES OFFRES POSTULER Retrouvez-nous aussi sur... Un groupe de conseil multispécialiste Engagé à vos côtés, Kea & Partners entend jouer pleinement son rôle d’architecte de conseil. DÉCOUVRIR Envie dans savoir plus ? CONTACTEZ-NOUS Des questions ? CONTACTEZ-NOUS Pour en savoir plus et trouver nos bureaux en France et à l’international Suivez-nous Recevez en avant-première les dernières informations et publications de Kea INSCRIVEZ-VOUS Merci pour votre envoi !

  • Contact I Kea & Partners, cabinet de conseil en stratégie

    Sujet Commercial Recrutement Stage arrow&v ENVOYER Merci pour votre message ! KEA & PARTNERS s’engage à ne pas diffuser vos informations nominatives à des tiers. Conformément à la loi RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et de suppression des informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit, vous devez envoyer un e-mail à l'adresse info@kea-partners.com CONTACT Posez-nous vos questions Un projet, un sujet, des commentaires à nous partager ? N’hésitez pas à nous en dire plus ! Merci de votre intérêt pour Kea. Précisez-nous votre besoin, nous serons ravis de vous répondre. Pour nous transmettre un appel d’offres, contactez directement notre équipe commerciale. Pour postuler, rendez vous ici . Venir nous voir Kea & Partners 3 rue Danton 92240 MALAKOFF France Tél. 33 (1) 40 84 74 00 Rhônes-Alpes Mama Works, 92 cours Lafayette 69003 Lyon France Africa 195 boulevard Zerktouni Casablanca Maroc Latino America Rua Tabapuã, 627 Itaim Bibi 04533-012 - SP Brasil Nos autres bureaux Kea

  • 20 ans et ce n'est que le début !

    Pour l'occasion, levons le voile sur les coulisses des tout débuts de l'aventure, entre confiance et audace. Flashback. 24 septembre 2001 - 24 septembre 2021. Dans la vie d'une entreprise, il y a des dates qui font date : avoir 20 ans est - définitivement - de celles-là ! 20 ans… et toujours la même passion pour ce métier de consultant aussi épatant qu’exigeant. Et l’envie intacte de le réinventer sans cesse ! C'est ce qui nous anime (toujours) et nous inspire (encore). Une fois n'est pas coutume, en ce jour si particulier, nous avons envie de célébrer nos racines. Septembre 2000 : Un mail peut-il à lui seul sonner le glas d’une certaine conception du métier de consultant ? Non au contraire, il peut en être le point de départ ! ​ Novembre 2000 : L’Atlas, restaurant marocain du boulevard Saint-Germain, les cinq co-fondateurs de Kea & Partners, même s’ils l’ignorent encore, discutent autour d’un bon dîner. L’idée est lancée : et si nous étions indépendants ? Et si nous nous donnions les moyens d’exercer notre métier comme nous l’entendons ? Les réunions commencent et le nombre des consultants prêts à rallier l’aventure augmente de jour en jour. Rendez-vous à l’aube, soirées sans fin, la bande son d’Amélie Poulain, les noms de code (l’Ardennais, Freedom, Gadget, Prof, Crustacé, Cruella, Germain, Ovive, Dormeur…) et oui, Kea déjà à l’époque c’est tout un folklore, avec ses traditions et rites ! ​ Septembre 2001 : En neuf mois, le projet a pris vie et ça y est, tout est prêt pour fonder un cabinet de conseil pas tout à fait comme les autres. Et tout s’accélère… de façon inimaginable ! Le 11 septembre, les tours jumelles s’effondrent à New York sous nos yeux incrédules et en octobre, l’affaire Enron éclate, entraînant avec elle la chute d’un grand cabinet de conseil et d’audit. Deux événements totalement inconcevables. Le premier ébranle l’équilibre mondial. Le second discrédite la profession du conseil et va rebattre les cartes des acteurs du secteur. Sans compter l’explosion de la bulle Internet. Le moment est-il propice pour créer un cabinet de conseil ? ​ ​ Pourtant le 24 septembre précisément, Kea & Partners voit le jour (nous ne dénoncerons pas celui qui a choisi sa date d’anniversaire personnelle pour ce jour mémorable). Le pacte des actionnaires en est le socle, exprimant des valeurs dans lesquelles chacun se reconnaît et s’engage (humanisme et engagement, convictions, libre arbitre, excellence, rigueur, ouverture, respect du temps et aussi simplicité, convivialité). Tout est là, déjà ! Au 1er octobre, une dizaine de personnes ont signé leur contrat de travail. L’employé P001 est le plus jeune de tous, frais émoulu et à peine sorti de stage, le P002 fait office de Président temporaire pour déposer les statuts, le P007 ruse pour s’attribuer ce code (là encore, nous tairons son nom…). ​ Les 50 qui montent à bord pendant les 3 à 4 mois qui suivent le font tous au même (bas) salaire - "le rabot". Malgré cela et le contexte externe, le cabinet déborde de joie et d’énergie. Le sentiment de porter un projet de conseil singulier et d’appartenir à une équipe est fort. Nous avons pu louer des locaux, une prouesse alors que nous n’avions ni numéro de SIRET, ni bilan prouvant notre fiabilité, dans un contexte où beaucoup de start-ups ont déjà mis la clé sous la porte. Bien entendu, en bons consultants, nous avions établi la cartographie des domiciles de chacun pour trouver le lieu idéal, le barycentre qui conviendrait à tous. Contre toute attente, nous débarquons à Malakoff ! Nous voilà donc dans nos premiers locaux : un grand open space, 2 salles de réunion, des dalles de moquette à recoller au sol, du mobilier de bureau d’occasion à remonter nous-mêmes et même des Toshiba en kit que nous devons assembler... Tout cela prend forme vite, si vite ! ​ Et les premiers contrats et missions s’amorcent. Nous avons une telle envie de décrocher la lune que nos interlocuteurs sont conquis : si certains nous connaissent, d’autres nous rencontrent pour la première fois et ne s’étonnent même pas que nous n’ayons pas encore de carte de visite ! Plus incroyable encore, nous partons très vite sur des projets ambitieux à l'international, lourds d’enjeux pour nos clients : restructuration d’une division chimie fine, fusion de deux acquisitions toutes récentes au Royaume-Uni et création de la filiale en cinq mois… Cela a valeur de test et 20 ans plus tard, l’aventure commune dure toujours ! Nous avons aussi des bonnes fées : "Beau projet ! Ça donne envie de travailler avec vous. Laissez-moi 15 jours je vous trouve un sujet", "Votre vision nous parle, nous avons envie de travailler avec un cabinet dans la durée". ​ L’esprit pionnier qui nous habitait à cette époque nous permet de gagner des missions a priori impossibles, en installant la confiance, sans carte de visite, sans plaquette mais par bouche à oreille, envie et audace. Impossible n’est pas Kea ! Et les 20 années qui ont suivi nous l’ont définitivement prouvé ! ​ ​ Pour nos 10 ans, nous nous projetions, en imaginant déjà nos 20 ans. Et ça y est, nous y sommes. 10 ans plus tard, que restent-ils des 3 piliers dessinés sur un mur ? Tous 3 sont intacts. Passion du métier, style et audace : une marque de fabrique qui perdure et fait notre singularité sur le marché. La transformation des entreprises est (toujours) notre moteur, le sel de notre pratique du métier de consultant autant exigeante qu’exaltante. Car même si tout le monde en parle aujourd’hui, transformation n’est pas changement et peu la pratiquent comme une discipline stratégique, visant à aligner business & culture, chiffres & Hommes. En savoir plus Si nos clients sont acquis au changement de méthode et au temps d’avance que nous leur apportons, ils nous reconnaissent également une signature bien à nous, qu’il est difficile de résumer tant les personnalités et talents sont divers chez Kea ! Pourtant, tous et toutes ont un dénominateur commun : Free-Spirited Excellence. En savoir plus 20 ans, l’âge de tous les possibles, surtout avec un peu d’audace et d’ambition. Et ça tombe bien nous en avons à revendre ! La preuve avec DareWin, notre plan de croissance à horizon 5 ans, soutenu par une levée de fonds de 23 millions, afin de devenir le premier groupe de conseil multispécialiste d’origine française. En savoir plus ​ ​ Et demain ? Le cap est clair : "who dares win" ! ​ ​ Nous dédions cette histoire-là à toutes celles et ceux qui ont cru dès le départ dans le projet Kea, qui nous ont soutenus financièrement, commercialement, moralement, amicalement et qui ont rendu l’aventure d'un cabinet pas tout à fait comme les autres possible. Et parce que la vie n'est pas un long fleuve tranquille, nous avons une pensée toute particulière pour nos chers disparus partis bien trop tôt (Jérôme, Jean-François, Jean-Christian, Mallory, Térésa). ​ Un immense merci enfin à toutes celles et ceux qui nous ont fait confiance au fil du temps : les kéistes d'hier et d'aujourd'hui, les clients de la première heure et ceux qui ont suivi depuis, les partenaires, les candidats et tous les autres qui ont croisé notre chemin et qui se reconnaîtront. Nous avons hâte de construire la suite à vos côtés ! ​ ​ Kea - Partners for transformation NOS DERNIERES PUBLICATIONS & POINTS DE VUE 0 14 20 ans... de changement de business model 0 34 20 ans... de transformation numérique 0 11 20 ans... d'innovation... et d'utopie NOUS DÉCOUVRIR 20 ans déjà et ce n'est que le début !

Tout afficher

Recherche