Open Site Navigation

FR | EN | BR 

230 éléments trouvés pour «  »

Posts de blog (106)

  • Réforme de la médiation de l’assurance : Julien Courbet, Robin des Bois, Yuka, quel point commun ?

    Les assureurs connaissent le vent de panique qui souffle au sein de leur entreprise lorsque Julien Courbet les appelle pour “résoudre” une situation douloureuse avec un assuré. Une tempête qui peut devenir digitale, plus puissante et destructrice, à cause d’une évolution législative en matière de réclamations. En effet, la réforme de la saisine de La Médiation de l’Assurance devrait augmenter significativement le volume des réclamations et engendrer un risque à la fois réputationnel et organisationnel pour les acteurs traditionnels du secteur. De plus, des start-ups se positionnent comme facilitateurs des démarches des assurés mécontents. On fait le point sur la situation, avec des pistes d’action à la clé. Le recours au médiateur de l’assurance facilité pour une protection accrue du citoyen Jusque récemment, le volume de réclamations traitées par le médiateur de l’assurance apparaissait bien faible au regard de celui des sinistres en France : en 2020, il a été sollicité dans 17 355 cas environ (+18 % par rapport à 2019) et plus de 70 % de ces sollicitations étaient irrecevables car prématurées [1]. Les délais de traitement se situaient entre 8 et 13 mois. Ces quelques chiffres montrent bien que la réalité de l’appel au médiateur est un épiphénomène face à la masse des sinistres indemnisés. Mais les choses vont changer. Depuis la parution en juillet 2021 du rapport du CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier), la réforme de la saisine de la Médiation de l’Assurance est en cours. Ce rapport préconise que la Médiation puisse être saisie deux mois après la première expression écrite du mécontentement de l’assuré auprès de son assureur ou courtier, alors qu’historiquement un double niveau de saisine (le conseiller habituel puis le service réclamation de l’assureur) lui était imposé avant tout recours au médiateur. Il s’agit pour le CCSF, en consultation avec les associations de consommateurs, de supprimer les freins à l’appel à la médiation dans une logique de protection accrue du citoyen. La technologie fait émerger de nouveaux "robins des bois" : hausse des réclamations en perspective ! Cette réforme d’apparence bénigne pour les assureurs survient alors que de nouveaux acteurs proposent de faciliter le traitement des relations conflictuelles entre assurés et assureurs. Couplant IA, automatisation et digitalisation du métier, ces start-ups parviennent à traiter un volume de demandes plus conséquent et plus rapidement que des acteurs traditionnels. Lyanne[2], par exemple, se positionne comme facilitateur ou comme accompagnateur des assurés particuliers dans leurs réclamations. Concrètement, la start-up propose aux assurés mécontents de faire le point sur leur situation en faisant l’analyse objective des documents contractuels et du motif de refus de l’assureur. Elle peut ensuite prendre en charge toutes les démarches dans le cas où la réclamation s’avère légitime. A l’inverse, en cas de refus justifié, Lyanne, en tant qu’acteur tiers, parvient à apaiser l’assuré en lui apportant des réponses claires et rapides et lui permet ainsi de tourner la page. Insurello, compagnie suédoise créée à Stockholm en 2016 et spécialisée dans les dommages corporels, est un autre exemple. La rémunération de ces intermédiaires se fait sur le montant des indemnités perçues à l’issue de la réclamation. Le changement législatif donne donc l’opportunité à ces nouveaux acteurs de promouvoir leur offre qui facilite la prise en charge des litiges par les technologies et donc de multiplier les dossiers qu’ils suivent. Combinés, ces deux phénomènes vont faire augmenter le volume des réclamations. Nouvelle donne : et si le Yuka des assureurs devenait une réalité ? Le risque lié à l’augmentation des volumes de réclamations n’est pas tant stratégique : il est surtout réputationnel. Le véritable danger viendra de la création d’un “Yuka des assureurs”, c’est-à-dire une application apportant aux citoyens des indicateurs faciles à comprendre sur les acteurs du marché. Rendu possible et crédible par l’augmentation des volumes, il sera popularisé par les start-ups qui se serviront de cette simple application pour donner à leurs clients et prospects les informations gommant la complexité des réclamations. Comme pour l’alimentaire, cet hypothétique Yuka de l’Assurance sera dans le téléphone de l’assuré et influencera significativement l’acte de souscription et de fidélisation. Mieux vaut prévenir que guérir : quelques pistes d’action pour les assureurs 1/ Industrialiser, voire réinventer, la filière Réclamations. Cela nécessite de structurer et d’outiller les processus de la filière et de faciliter son accès au client. Ou alors, aller un cran plus loin, en imaginant des processus "Zéro réclamation" : l’assureur se fixe alors de nouvelles règles de gestion des réclamations de niveau 1, pour éviter "à tout prix" le niveau 2. 2/ Faire appel à la data science pour l’aide à la prise de décision, par une juste évaluation du rapport gain / risque en traitement de niveau 1, traitement qui lui ne sera pas public. Cela permet une meilleure objectivation des critères pris en compte. Certaines avancées réalisées en protection juridique peuvent être réutilisées. 3/ Porter attention à la pédagogie dans la relation client. C’est un point clé et le conseiller / gestionnaire doit être irréprochable : il peut certes être aidé par nombre d’outils sur la connaissance client, mais nul ne peut remplacer la capacité d’écoute et d’échange simple avec un interlocuteur humain, capable notamment de vérifier la compréhension du client. 4/ Envisager des partenariats avec des start-ups, afin de promettre une démarche simplifiée. Parmi les premiers exemples de partenariats réalisés avec des apporteurs de solutions : Solution optimisant la gestion et l’indemnisation de sinistres sur les garanties climatiques ; Solution optimisant la gestion de sinistres, en évaluant de manière plus objective et industrielle le montant dû, réduisant ainsi la durée d’un processus souvent perçu comme "toujours trop long" du point de vue de l’assuré. Les assurés disposent de nouvelles armes dans leur rapport à l’assureur. Il est donc recommandé d’investir dès à présent dans la filière Réclamations pour prendre en compte ce changement et les risques associés. La proactivité au niveau 1 de réclamation sera clé dans la gestion de la réputation des assureurs. LES RECLAMATIONS Les chiffres clés de la médiation en 2020 17 355 saisines (+18% vs. 2019) 71 % déclarées irrecevables, dont 49 % du fait de leur caractère "prématuré", i.e. l’assuré avait directement saisi La Médiation de l’Assurance avant d’avoir conduit les démarches idoines auprès de son assureur 2/3 des litiges ont pour origine d’abord le refus d’indemnisation par l’assureur et ensuite la gestion de la réclamation par l’assureur Les principaux freins exprimés par les assurés 45 % ne connaissent pas les recours possibles en cas de désaccord avec leur assureur Seuls 27 % ont entendu parler du médiateur de l’assurance Les effets attendus des nouvelles recommandations de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) Gestion des intérêts du client : cohérence entre délai de réponse et nature de la réclamation Prise de conscience côté Assureurs : suivi renforcé des réclamations par les porteurs de risques Facilitation de l’accès au système de réclamations : assouplissement des critères d’éligibilité (réclamations élargies aux anciens clients, prospects et ayant droits) [1] Source LMA (La Médiation de l’Assurance) [2] Lyanne, start-up lancée début 2021, spécialisée dans les assurances de biens (principalement) et assurances de personnes et comptant déjà près de 10 000 utilisateurs. Yves Pizay Senior Partner Kea & Partners Email I Linkedin Joaquim Pinheiro Senior Partner Kea & Partners Email I Linkedin

  • Brand’Gagement : l’engagement comme condition des marques durables

    "Doing well by doing good", ode magique à une convergence heureuse de deux inconciliables : l’Être et l’Avoir. Hier "le monde d'après" (la pandémie) rêvait de concorde, d'associatif et de naturalité. Ce projet économique trouve aujourd’hui des applications très concrètes sous la pression d'une mondialisation empêchée, qui annoncent un autre paradigme possible. Alors, effet de mode ou tendance de fond ? De plus, les entreprises sont en proie à l’inflation et la pénurie de talent et doivent affronter le spectre du désengagement : de ses clients comme de ses collaborateurs. Dans un monde qui se reconfigure toujours plus rapidement, la remobilisation par le sens pourrait-elle soutenir une croissance durable ? L’engagement peut être perçu différemment selon la posture adoptée par l’individu : comme consommateur (lien émotionnel à la marque) ou comme collaborateur (attachement à son entreprise). Pour savoir dans quelle mesure une symétrie des attentions peut être créatrice de valeur, Kea Tilt interroge les Français depuis 2016 sur ces deux facettes. Brand’Gagement est une enquête quantitative nationale. Elle prend le pouls des attentes des Français vis-à-vis des marques, en termes de sens et d’engagement et offre un regard comparé d’une quarantaine de marques référentes. L’édition 2022 porte sur la valeur que les Français accordent à la capacité des marques à contribuer au bien commun : En quoi les attentes des Français sur l'engagement des marques & enseignes évoluent ? Quelle est leur perception sur leurs avancées et contributions aux nouveaux usages ? Est-ce que les marques & enseignes arrivent à concilier – toujours du point de vue de nos concitoyens – valeurs fortes, nouveaux usages et excellence opérationnelle ? Les résultats sont sans appel : 89 % des consommateurs souhaitent que les marques contribuent positivement au bien commun. Et même près de la moitié d’entre eux se disent prêts à payer plus cher le même produit/service si un supplément de sens est ajouté ! Et nous n’avons pas fini d’entendre s’exprimer cette demande car les plus fervents demandeurs sont les jeunes et les early adopters ! Pour autant, il ne s’agit pas de risquer la bascule vers une forme nouvelle de purpose washing, mais plutôt d’incarner un angle de valeur sociale, de construire de nouveaux modèles économiques de manière qu’ils soient aussi générateurs d’externalités positives La pyramide de l’engagement selon Kea Tilt La montée dans cette pyramide du sens accompagne la maturité des attentes clients depuis l’approche purement fonctionnaliste vers celle de la contribution à un projet plus large qu’eux, par l’entremise des marques et plus seulement de la puissance publique ou associative. La clé réside alors dans la capacité à faire un pont heureux entre une cristallisation de marque, liée à son couple histoire/culture, et un projet d’avenir mobilisateur. Le principe posé, il faut alors entamer le travail de comprendre quel sera le projet le plus engageant pour une cible donnée. Top 3 des marques perçues comme contributives au bien commun En 2017, les marques perçues comme engagées étaient les plus plébiscitées (Décathlon, E. Leclerc, Carrefour), alors qu’en 2022, ce sont celles qui incarnent un choix sociétal, de nouveaux usages installés ou une mission qui tirent leur épingle du jeu. Parmi les 41 marques étudiées, celles qui se distinguent ont un objet social bien identifié (Biocoop, Yves Rocher, Tesla), proposent de nouveaux usages (Blablacar, Doctolib) ou s’engagent au quotidien pour le pouvoir d’achat (E. Leclerc, Système U…). Le Baromètre Brand’Gagement évalue le ressenti des consommateurs selon 3 grands piliers : l’engagement pour le bien commun, les nouveaux usages portés par l’entreprise et l’excellence de ses métiers. Les marques doivent avoir un impact positif sur la société. Une marque engagée Une marque qui contribue, voire précède les changements Une marque excellente dans son secteur d’activité, dans son métier… Face à un contexte socio-économique sans précédent et des attentes consommateurs de plus en plus fortes, la clé du succès des entreprises réside dans leur capacité à s’engager. Les marques ont donc intérêt à saisir les opportunités induites par les nouvelles tendances de consommations et prendre les bonnes décisions pour contribuer au bien-commun. C’est donc un magnifique terrain qui s’ouvre aux entreprises : proposer un supplément de sens à leur offre afin de les pérenniser. Synthèse Brand'Gagement 2022 : Edition 2022 : 41 MARQUES RÉFÉRENTES / 8 SECTEURS AIR FRANCE / AMAZON / APPLE / BLABLACAR / BIOCOOP / BONDUELLE / BOUYGUES / C’EST QUI LE PATRON / CHANEL / CREDIT AGRICOLE / CREDIT MUTUEL / DANONE / DIOR / DOCTOLIB / EASYJET / EDF / ELLE / FRANCE INTER / HERMES / INTERMARCHE / KIABI / LECLERC / LIDL / L’OREAL / MACIF / MAIF / MICHELIN / ORANGE / RENAULT / SAINT-GOBAIN / SANOFI / SEPHORA / SHEIN / SOCIETE GENERALE / SYSTÈME U / TESLA / TIKTOK / TF1 / TWITTER / VEOLIA / YVES ROCHER Pour en savoir plus : Les 9 champs d'action de la responsabilité, notre modèle pour éclairer les chemins de transformation responsable La Revue 24 - Responsabilité, du discours à la contribution Position Paper B3, Nouveaux modèles de croissance durable

  • Quels scénarios et stratégies pour l’économie française en 2040 ?

    Un contexte propice à la scénarisation prospective Les acteurs économiques évoluent dans des univers souvent incertains, toujours complexes et dans des référentiels de plus en plus dynamiques. A cet égard, nous évoluons actuellement dans un contexte de grands bouleversements : Un premier bouleversement lié à la montée des inégalités dans les sociétés occidentales et les dérèglements du capitalisme, avec en ligne de mire le spectre d’une forme de déglobalisation et de décroissance Un bouleversement lié au dérèglement climatique, avec des conséquences géopolitiques déjà à l’œuvre et un sentiment d’angoisse qui gagne nos sociétés Un bouleversement anthropologique lié à la montée du numérique La pandémie et le retour de la guerre en Europe achèvent de rendre particulièrement probants l’exercice prospective et l’anticipation de ruptures, tant les fondamentaux sur lesquels sont construits nos sociétés semblent en mouvement. Dès lors, les entreprises expriment de plus en plus le besoin de pouvoir projeter leur activité à long voire très long terme, au-delà des classiques plans stratégiques à horizon 5 ans. Les objectifs sont de plusieurs ordres : encadrer la mise en œuvre de grands projets, sécuriser la pertinence à 20 ou 30 ans d’investissements lourds ; mais aussi appréhender les évolutions fondamentales de la société, anticiper les ruptures, et faire de son entreprise une partie prenante du changement. 7 scénarios de l'économie française en 2040 Par la méthode ‘Strategic Foresight’, Kéa et Ylios ont construit 7 scénarios de l’économie française à 2040 volontairement extrêmisés : Résilience, Défense, Sobriété, Relance industrielle, Relance servicielle, Sans Frontières, Capitalisme numérique. Ces scénarios sont caractérisés par des degrés variés sur 2 axes majeurs : le niveau d’effort collectif en matière de lutte contre le changement climatique / l’érosion du vivant et le degré d’interventionnisme économique public. Il ne s’agit pas d’un outil de prédiction du futur mais d’une démarche prospective et proactive consistant à envisager et qualifier un ensemble de futurs envisageables, en explorer les implications pour les acteurs économiques, les aider à mettre en place une stratégie visant à atteindre les futurs souhaitables, et renouveler les modalités selon lesquelles les fonctions de veille stratégique peuvent s’exercer. Découvrir dans le détail les 7 scénarios : Mise en perspective du regard des Français et des dirigeants d'entreprise Nous avons soumis ces scénarios aux regards croisés des Français (Sondage OpinionWay pour Kéa & Partners, échantillon de ~1 040 Français), et des dirigeants d’entreprise (une cinquantaine de dirigeants réunis le 17/05/2022). Il en ressort un plébiscite partagé par tous des scénarios « Sobriété » et « Relance industrielle » comme scénarios les plus souhaitables à 2040. Au global, l’embellie économique + réponse écologique + confiance restaurée dans les institutions démocratiques façonnent le scénario idéal pour les Français. Pour un futur plus désirable, ils nous ont relevé deux ingrédients clés : Un besoin de recentrement sur le « monde de près » (« solidarités locales », « le quotidien de mon village », …) Mais aussi une gestion plus concertée des communs sous l’aiguillon de l’État (avec l’Union Européenne à ses côtés), et les entreprises attendues au même titre pour faire advenir le « souhaitable ». Source : Sondage OpinionWay pour Kéa Partners (échantillon de +1000 Français), Sondage Kéa (échantillon d' ~50 dirigeants) Les regards sont également concordants sur leur probabilité de réalisation, avec la « Résilience » et la « Relance industrielle » qui ressortent comme scénarios les plus probables Source : Sondage OpinionWay pour Kéa Partners (échantillon de +1000 Français), Sondage Kéa (échantillon d' ~50 dirigeants) Arnaud Gangloff Partner Kea & Partners Email I Linkedin Angelos Souriadakis Partner Ylios Email Adrien Senez Directeur Kea Tilt Email I Linkedin Chloé Secnazi Manager Ylios Email

Tout afficher

Pages (108)

  • Economie Souhaitable I Accélérer la transformation des entreprises en responsabilité

    ECONOMIE SOUHAITABLE Transformer l'entreprise pour transformer le monde Envie dans savoir plus ? CONTACTEZ-NOUS Des questions ? NOUS CONTACTER Pour en savoir plus et trouver nos bureaux en France et à l'international Nous suivre Recevez en avant première les dernières informations et publications de Kea S'INSCRIRE Merci pour votre envoi ! Pour aider et guider nos clients dans cette réflexion, nous avons développé la Positive Business Map©, 9 champs d'action de la responsabilité d’une entreprise . Ces 9 champs impactent la quasi-totalité du modèle opérationnel : il ne s'agit pas de s'imposer ce modèle comme une cible à atteindre, mais bien de s'en servir comme boussole pour cheminer sur un parcours propre à chaque entreprise. Pour découvrir plus en détails notre approche Saisissez votre e-mail afin de télécharger le document ENVOYER Vous allez recevoir un mail de téléchargement Fonction arrow&v ENVOYER Merci pour votre inscription ! Je veux m'inscrire à la newsletter. Accélérer la transformation en responsabilité au service d'une économie souhaitable, c'est notre engagement pour construire aujourd’hui le monde de demain. En tant qu’Entreprise à mission, Kea a décidé de contribuer à sa manière aux grands sujets économiques & sociétaux et propose chaque semaine un décodage inédit de l'actualité Vers une économie souhaitable Chez Kea, nous sommes convaincus qu'une nouvelle voie est possible, celle d’un capitalisme alliant performance & bien commun, développement & bien-être, actifs matériels & immatériel. C'est ce que nous appelons "économie souhaitable". Au cœur des enjeux, les entreprises peuvent apporter une puissante force de frappe aux transformations du monde pour nous emmener dans ce chemin. Notre ambition est précisément de contribuer à la construction de cette nouvelle voie à leurs côtés. Face à l'ampleur des défis qui s'annoncent, nous refusons aussi bien le laisser-faire que la paralysie ; nous voulons être des optimistes de combat. Pour agir en ce sens et transformer les entreprises, nos convictions et notre engagement enthousiaste sont communicatifs ! En matière de responsabilité, l'heure n'est plus à la prise de conscience Le mouvement est là, en témoigne les résultats du baromètre Ipsos [1] : la responsabilité est désormais la première valeur que les nouveaux cadres dirigeants veulent promouvoir dans l’entreprise (elle est citée par 45% d’entre eux, devant la performance, 40%, et le respect, 39%). Entre le modèle de court-terme, désintermédié et financiarisé, largement inspiré de l’Ecole de Chicago, et le modèle autoritaire étatique, qui émerge notamment dans certaines parties d’Asie, Kea œuvre avec ses clients pour construire une troisième voie d’entreprise "en société". Nous nous engageons en faveur d’un monde plus responsable auprès des dirigeants pour aider leurs entreprises à croître en responsabilité et pour nous-mêmes. Cette transformation aussi ambitieuse et exigeante soit-elle est souhaitable pour nos sociétés. Elle questionne la raison d’être de l’entreprise, requiert l’exemplarité de tous dans leurs comportements et en aiguisant la conscience des individus, elle est source de vitalité. En outre, elle fait émerger de nouveaux savoirs, de nouvelles connaissances, de nouveaux territoires stratégiques et se présente ainsi comme un levier de performance durable. Après plus de deux siècles de développement, nous croyons en effet que l’entreprise moderne vit un nouveau chapitre de son histoire. Jusqu’ici source de progrès et de croissance, elle porte aussi sa part de responsabilité dans les dérèglements sociaux et environnementaux actuels et ne peut donc plus faire cavalier seul. Son plus grand défi consiste précisément à transformer son modèle pour l’adapter aux réalités du siècle, ou pour le dire autrement, à réconcilier performance et bien commun. Pour cela, nous accompagnons les équipes dirigeantes dans une démarche de transformation stratégique pour leur entreprise autour de quatre piliers : Une montée en conscience sur les mutations du monde et les nouveaux enjeux de responsabilité Une redéfinition des rapports de force et de l’exercice du pouvoir au sein des instances de gouvernance Une meilleure gestion du temps pour compléter l’urgence et l’accélération du quotidien par des exercices de projection à long-terme et de définition d’une raison d’être Enfin, une meilleure prise en compte du collectif, pour lier l’entreprise à ses parties prenantes et tenir ainsi sa promesse "d’objet d’intérêt collectif", ainsi que le préconise la Loi Pacte. ​ Plusieurs raisons nous ont conduits à mener une telle réflexion ​ C’est une préoccupation qui est dans l’ADN de Kea & Partners depuis sa création, dans l’attention portée à ses parties prenantes, en particulier les collaborateurs et les clients. Très tôt, Kea a pris la parole sur ces questions de soutenabilité et de durabilité, avec la conviction un peu dogmatique en 2006-2007 qu’au-delà du rôle de pédagogie, de prospective et de vision stratégique, il fallait que ce soit ancré dans les opérations. Nous avons depuis beaucoup publié sur le sujet, dans La Revue notamment. En tant que consultants, nous avons un rôle clé à jouer : inciter, porter la voix, influencer nos clients au mieux de leurs responsabilités et les accompagner dans ce chemin de transformation. A l'aube de nos 20 ans d’existence, nous nous sommes reposés la question du sens et c'est tout naturellement que la responsabilité est venue s'ancrer sur le projet d'avenir du cabinet. Devenir Entreprise à Mission était une évidence. Membre actif de la communauté des entreprises à mission , nous apportons un nouveau regard d’expert et de référent sur les métiers de nos clients ainsi que sur leur transformation responsable. ​ Du discours aux preuves ​ Si tout le monde s’accorde à dire que les choses doivent changer, c'est le fait d'agir et d’obtenir des résultats tangibles qui revêt la complexité. Cela est facilement compréhensible quand on sait que les transformations et les défis à relever sont profonds. Notre engagement chez Kea, en tant qu'entreprise à mission et B Corp , est d’aider nos clients à démarrer, étape par étape. ​ La recherche d’une vérité absolue sur les pratiques les plus vertueuses ralentit les décisions et la mise en mouvement. À chacun sa voie, à chacun sa contribution : chaque entreprise a le droit et le devoir de s'engager dans un processus de responsabilisation, et ce même si toutes ne peuvent pas cocher toutes les cases en même temps. La responsabilité sociale n'est pas une question de conformité mais d'authenticité dans la démarche. ​ ​ Notre approche de la responsabilité accorde autant d’importance aux buts poursuivis qu’aux moyens mis en œuvre pour les atteindre La Positive Business Map© > S’INSCRIRE Recevez notre décodage hebdomadaire des enjeux économiques & sociétaux S'inscrire pour recevoir notre bulletin hebdomadaire "Économie souhaitable" Nous avons également créé une plateforme d’inspiration "Economie Souhaitable" qui fait rayonner les travaux de R&D en matière de transformation responsable ainsi que les projets d’entreprise innovant en ce sens. En savoir plus.

  • Kea & Partners, cabinet de conseil en stratégie

    ÉVÉNEMENTS KEA RECRUTE ! POSTULEZ Consultant(e)s Seniors, Managers, Direct(rice)eurs pour renforcer nos équipes CLASSEMENT CONSULTOR 2022 DÉCOUVRIR Kea 10e cabinet de conseil en stratégie auprès des étudiants et 1er cabinet français ! ACTUALITÉS TOUS LES ÉVÉNEMENTS [événement] Campus de l’Innovation Managériale 3ème édition A distance & multi-lieux 25 11 [conférence] Retail : quels business models d'après crise ? Via le Procos 8 10 KEA & PARTNERS 1er cabinet européen de conseil en stratégie devenu "entreprise à mission", membre de la communauté B Corp Accompagner les directions générales, en France et l’international, sur 5 champs stratégiques majeurs pensés à l’aune de la responsabilité : Réinventer les business modèles Optimiser les modèles opérationnels Repenser les modèles de gouvernance et de structure Redéfinir les modes de management et de leadership Élaborer les routes de transformation. MÉTIER Œuvrer aux côtés des dirigeants à un capitalisme à visage humain, en tant qu’acteur de conseil précurseur, engagé et responsable depuis la création de Kea en 2001. Entreprendre les transformations pour une économie souhaitable, telle est notre raison d'être. AMBITION EMPREINTE Nous intervenons sur 4 secteurs clés - Distribution, Grande consommation, Industrie et Services & Finance, en France et à l’international, et apportons des réponses face aux disruptions actuelles : digital, innovation et transformation responsable. Forts de notre réseau The Transformation Alliance, nous comptons aujourd'hui plus de 500 consultants, avec 15 bureaux dans 12 pays. CARRIÈRES Rejoignez-nous ! N'attendez plus, découvrez vite les offres du groupe Kea ! NOS DERNIÈRES OFFRES POSTULER Retrouvez-nous aussi sur... Un groupe de conseil multispécialiste Engagé à vos côtés, Kea & Partners entend jouer pleinement son rôle d’architecte de conseil. DÉCOUVRIR Envie dans savoir plus ? CONTACTEZ-NOUS Des questions ? NOUS CONTACTER Pour en savoir plus et trouver nos bureaux en France et à l'international Nous suivre Recevez en avant première les dernières informations et publications de Kea S'INSCRIRE Merci pour votre envoi ! Plongez dans nos insights NOS ARTICLES RÉCENTS INSPIRATION Découvrez nos points de vue Vous recherchez des points de vue, des sources d'inspiration pour sortir du cadre et prendre de la hauteur ? DÉCOUVRIR Les attentes des Français Découvrez les réponses des Français sur la transition écologique & sociale DÉCOUVRIR Brand'Gagement : L'engagement, condition des marques durables La contribution au bien commun n'est plus une option pour les marques DÉCOUVRIR La donnée, atout clé des Marques & Enseignes pour optimiser les stocks résiduels Enjeu RSE, financier et logistique majeur DÉCOUVRIR Les impacts du télétravail : faire la part des choses Décryptage par Kea et la Chaire FIT2 DÉCOUVRIR PUBLICATION Rapport du Comité de Mission 2020/2021 C'est l'occasion pour Kea de faire un point sur le chemin parcouru et les résultats obtenus, mais aussi de se projeter sur les prochaines étapes DÉCOUVRIR

  • Kea x COP27 | Webkea

    mer. 05 oct. 05 mer. oct. Webinar COP27 #1 / Lien Teams S'inscrire 05 oct., 10:30 – 11:30 Lien Teams Suivre la COP 27 depuis la France mar. 08 nov. 08 mar. nov. Webinar COP27 #2 / Lien Teams S'inscrire 08 nov., 08:30 – 09 nov., 09:30 Lien Teams Vivez la COP 27 depuis la France mer. 09 nov. 09 mer. nov. Webinar COP27 #3 / Lien Teams S'inscrire 09 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams jeu. 10 nov. 10 jeu. nov. Webinar COP27 #4 / Lien Teams S'inscrire 10 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams lun. 14 nov. 14 lun. nov. Webinar COP27 #5 / Lien Teams S'inscrire 14 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams mar. 15 nov. 15 mar. nov. Webinar COP27 #6 / Lien Teams S'inscrire 15 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams mer. 16 nov. 16 mer. nov. Webinar COP27 #7 / Lien Teams S'inscrire 16 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams jeu. 17 nov. 17 jeu. nov. Webinar COP27 #8 / Lien Teams S'inscrire 17 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams ven. 18 nov. 18 ven. nov. Webinar COP27 #9 / Lien Teams S'inscrire 18 nov., 08:30 – 9:30 Lien Teams KEA x COP27 Au-delà de la COP27 Transformer l'entreprise pour transformer le monde X webinars inédits pour mettre en action son entreprise face au défi climatique Vivez la COP27 avec Kea à travers nos webinars Ensemble et à l'occasion de la COP27, réfléchissons aux enjeux, aux modes d'actions et aux pistes concrètes pour faire de l'entreprise un levier clé de la transition climatique. Kea est ravi de vous inviter, pendant les 2 semaines de COP du 7 au 18 novembre , à une série de webinars courts, chaque jour à 8h30, pour "transformer l'entreprise pour transformer le monde" : des débats pour action, des discussions, des questions et des chiffres clés pour appréhender le rôle de l'entreprise dans la transition climatique. Les entreprises jouent un rôle majeur dans la transition climatique, étant à la fois partie du problème comme de la solution.

Tout afficher

Recherche