Kea & Partners - Partners for transformation

Management du temps : quand l'entreprise inspire les politiques

 

Arnaud Gangloff, Président

Le temps est sans doute l'un des premiers terrains de jeu des dirigeants comme des hommes politiques. Pourquoi et quand est-il urgent d'agir ? Quand est-il urgent d'attendre ? Comment tirer parti des avantages du temps court et du temps long ? Comment trouver un équilibre dans cette oscillation permanente ?
 

Dans le monde des affaires, cette oscillation est utile à la transformation des organisations. Elle est même nécessaire, dans un monde VUCA, devenu tout à la fois volatile, incertain, complexe et ambigu. En cela, les entreprises, dans la prise en compte du temps dans leurs prises de décision et leurs plans de transformation, sont indéniablement une source d'inspiration pour la sphère politique. Et notamment à l'aune d'un Gouvernement qui voit dans ses rangs un grand nombre d'acteurs issus du monde civil et de l'entreprise...

Combiner temps court et temps long pour susciter de l'engagement

Il n'y a pas un temps mais des temps de transformation, qui ne se managent pas de la même façon.

Le temps court fait souvent l'objet d'un procès d'intention : l'action à court-terme est souvent qualifiée d'opportuniste, considérée comme un sucre rapide plus profitable au dirigeant ou à l'homme politique qu'au bien commun. Il est pourtant nécessaire quand il s'agit de gérer une crise ou de faire face à l'imprévu. Il est nécessaire aussi pour insuffler de l'énergie et initier le mouvement d'une transformation d'ampleur. Le temps court est celui des transformations visibles, incarnées, mobilisatrices, pour traiter de l'événement, du communicable, des programmes d'action.

Le temps long est difficile à entendre dans une époque marquée par le désir d'immédiateté. C'est pourtant lui qui permet d'installer les conditions favorables au changement. C'est lui qui permet de fédérer une communauté d'individus, que ce soit des élus, des actionnaires, des salariés, des fournisseurs, des clients... autour d'un avenir commun et de donner sens à l'action. Le temps long est celui des transformations silencieuses pour changer les structures, modifier les modèles de gouvernance, développer de nouveaux modes de management, mettre en place les conditions de l'autonomie des équipes, etc.

La performance d'une entreprise ne résulte d'aucun d'eux pris séparément, mais de leur habile combinaison. Cela suppose d'adopter une stratégie d'empreinte légère : plutôt que de fixer un idéal difficile à atteindre, mettre l'organisation en mouvement pas à pas, de manière modulable, avec les bonnes ressources au bon moment. 

Complexité et facteur humain : au-delà du temps, les 2 autres piliers de la transformation

Le temps est une dimension clé de toute transformation opérée de manière responsable, qu'elle concerne une entreprise ou une institution publique. Ce n'est pas la seule, car elle est à traiter selon la complexité de l'activité et en lien avec les hommes et les femmes qui la portent.

Plutôt que redouter la complexité, Il s'agit de l'accepter et de composer avec elle. C'est, par exemple, s'attacher à concilier les bénéfices des nouvelles technologies (en termes de rentabilité, de performance) et les enjeux éthiques sous-tendus. Il est donc nécessaire de prendre le temps d'installer le dialogue avec les parties prenantes (élus, actionnaires, salariés, fournisseurs, consommateurs, citoyens) afin prendre en compte leurs attentes et faire s'exprimer les incertitudes et les risques associés à tel ou tel projet technologique.

Transformer en prenant en compte les hommes et les femmes qui composent l'organisation, c'est considérer les individus non plus seulement comme des ressources mais comme des agents du changement, au coeur de la création de valeur et qu'il s'agit d'engager dans l'action. C'est donner du sens à leur action en mettant en perspective l'activité économique de l'entreprise dans sa vocation sociale. C'est leur donner les moyens d'inventer les modes de fonctionnement qui servent cette activité et cette vocation.

En résumé, transformer les organisations en prenant en compte leur diversité, les personnes qui les composent et la dimension du temps, c'est apporter une réponse complexe et responsable à un monde qui est lui-même de plus en plus complexe, interconnecté et changeant.

De ces trois composantes, se dégage un nouveau paradigme pour l'entreprise. Par une transformation responsable, elle affirme son rôle hors les murs : prenant de plus en plus part à la construction de la Cité. Tout en recherchant ses intérêts particuliers, elle les intègre dans un projet plus vaste. L'enjeu collectif des prochaines années - pour les entreprises, les citoyens, les gouvernements - sera sûrement de s'entendre sur ce que nous appelons "le bien commun".

Tribune parue dans Les Echos le lundi 5 février 2018

 

Arnaud Gangloff, Président directeur général de Kea & Partners, interviendra le 9 février au Collège des Bernardins aux côtés de Jean-Louis Chaussade, PDG de Suez Environnement, et de Valérie Pécresse, Présidente de la région Île-de-France, lors de la table ronde « Le temps, outil de construction de la Cité ».