Kea & Partners - Partners for transformation

Les défis de la

Supply Chain 2020

 

Stéphanie Nadjarian, Senior Partner
 

30%
Part de l'activité de Kea réalisée avec les entreprises industrielles

Industrie 4.0 : Kea ouvre la voie

Close

Usine du futur

 

Kea dans la presse

Close

Les écosystèmes, une urgence industrielle !

La Revue N°18

Espace My Kea

Décodez, agissez, transformez

BE DIGITAL HAPPY!

Close

La 4ème révolution industrielle est en marche et ses avancées technologiques permettent d’inventer de nouveaux services et de gagner en performance… la prise de conscience est pourtant encore très hétérogène. De l’enquête réalisée en 2016 par Kea & Partners auprès de 200 dirigeants d’entreprise sur les grandes fonctions impactées par la transformation digitale, il ressort que beaucoup de fonctions s’y préparent. Mais pas toutes. Parmi les grands absents figurent la Direction Industrielle, la Supply Chain ou encore les Achats. Seulement 3% de ces fonctions s’y préparent contre 82% des DSI ou 68% des équipes commerciales.

C’est pourquoi Kea & Partners a lancé un cercle de réflexion rassemblant une vingtaine de directeurs des opérations – issus de secteurs tels que l’alimentaire, le textile, la santé, l’aéronautique ou les matériaux de construction – pour anticiper ces évolutions et coconstruire les réponses à apporter. Après un an de travail, le cercle de réflexion tire quelques grands enseignements dont les enjeux Supply Chain dans le retail sont ici livrés.
 

Un acquis des dernières années : la supply chain est une préoccupation croissante des retailers !

Les pure players ont créé de nouveaux paradigmes et ont fait de leur supply chain un actif différenciant : accès quasi illimité à l’offre – Amazon propose plus de 100 millions de références là où les grands magasins se distinguaient avec 3 à 4 millions –, nouveaux standards de disponibilité, de livraison ou de retours, transparence accrue sur les tarifs. Le distributeur Jet.com (plus d’1 Md€ de CA et acheté 1,3 Md$ par Walmart en 2016) propose ainsi une offre de services 100% personnalisable avec, par exemple, la possibilité de payer moins cher si l’option retour gratuit est décochée.

Ce niveau de service apporté par les pure players est dorénavant un standard. De ce fait, la supply chain "omnicanale" devient une composante à part entière de l’offre et un critère de choix décisif des clients. L’impossibilité de retourner un produit acheté sur internet en magasin ou le non-respect d’un délai de livraison sont devenus des irritants majeurs, voire des répulsifs...

Dès lors, comment bâtir une supply chain non seulement réactive, inventive, à même d’offrir une prestation personnalisée et de nouveaux services aux clients, mais aussi robuste pour sécuriser le modèle économique et contrôler les coûts ?

 

Pour construire votre Supply Chain 2020, 3 questions clés à traiter :

 

I) BÂTIR DES ÉCOSYSTÈMES SUPPLY CHAIN

Le client est partout et bouscule chaque étape de la supply chain et, par extension, celle de toute la chaîne de valeur (de la conception à la vente).

La majorité des retailers gèrent déjà simultanément plusieurs modèles logistiques en fonction des types de produits ou des canaux de vente. Au-delà de ces deux dimensions, il leur faut maintenant traiter une complexité croissante : plus de possibilités d’achat (marketplace, web et mobile, réservation ), plus de points d’expédition, des schémas d’approvisionnement redessinés , des rééquilibrages géographiques avec l’expansion internationale…

 

Cela implique de bâtir de véritables écosystèmes en impulsant quatre ruptures :

1/ Casser le schéma entrepôt-magasin pour une gestion optimisée des stocks

Chaque point de vente peut devenir un lieu de stockage dans lequel effectuer une préparation ou l’expédition d’une commande client. C’est une façon d’optimiser le coût du dernier km qui obère le plus souvent la rentabilité de tous, y compris celle des pure players. C’est aussi un moyen de tirer parti du maillage du réseau et des équipes de vente magasin pour offrir un niveau de service amélioré au client. Cette approche nécessite en revanche une forte fiabilité des stocks et la capacité à engager le réseau dans ce nouveau rôle. Une enseigne comme Target l’a mise en place avec succès aux États-Unis, avec près de 55% des commandes internet préparées en magasin.
 

2/ Repenser l’entrepôt pour plus de valeur ajoutée

Il s’agit à la fois d’automatiser au maximum les process logistiques "de base" et de développer en parallèle une offre logistique porteuse de nouveaux services aux consommateurs. L’entrepôt pourra par exemple réaliser les opérations de différenciation retardée, à l’instar de la maison Louis Vuitton qui propose à ses clients l’inscription personnalisée de ses initiales sur son sac. L’entrepôt aide ainsi à capter une tendance de personnalisation à fort potentiel commercial.
 

3/ Étendre la supply chain au-delà des frontières de l’enseigne

La supply chain devient l’animateur d’un écosystème élargi de l’amont à l’aval et qui dépasse les frontières de son entrepôt : nouveaux tiers vendeurs, prestataires de logistique urbaine, fournisseurs… L’enjeu pour la fonction est d’organiser une visibilité complète des flux, pour mieux les piloter. La brique IT en est une composante, avec la nécessité de s’outiller en OMS (Order Management System) notamment. Mais au-delà de l’IT, il s’agit plus largement d’un changement de périmètre pour la fonction.
 

4/ Piloter autrement avec de nouvelles données

Ces écosystèmes supply chain ainsi construits se pilotent avec de nouvelles données. Au-delà des données traditionnelles (prévisions de ventes, budget d’achat, plan de production, plan de livraisons…), de nouvelles sources peuvent être captées et utilisées pour optimiser les flux : comportement des clients sur le site e-commerce et commandes clients web, réseaux sociaux... L’analyse des pages vues sur le site e-commerce dans les premiers jours de vente permet par exemple d’ajuster les prévisions de vente.

 

II) TIRER PARTI DES TECHNOLOGIES

Pas d’agilité possible sans investir dans les nouvelles technologies ! Chacune d’entre elles apporte à la fois des gains de productivité et de nouveaux services pour les clients.

La question est d’investir dans les technologies les plus pertinentes.
Nous en avons retenu trois : la supply chain étendue, les capteurs et le smart data. Elles nous paraissent les plus matures et à plus forts enjeux pour l’activité des enseignes.
 

1/ La supply chain étendue

Ce terme désigne toutes les technologies et systèmes permettant d’intégrer la supply chain entre les enseignes, leurs fournisseurs et leurs clients. Sa valeur ajoutée réside dans la capacité d’optimiser les prévisions et le processus S&OP (ventes / opérations). Une chaîne d’approvisionnement "connectée" permet aussi une visibilité en temps réel sur les commandes en cours (délais, règlements, litiges) et de la réactivité dans la mise à jour de la planification de production.
 

2/ Les capteurs

La RFID a longtemps été écartée car jugée trop chère (5 à 10 ct le tag) par rapport à sa concurrente, l’étiquette EAS (2 à 3 ct). Aujourd’hui, les bénéfices en termes de visibilité sur les flux sont tels que de plus en plus d’enseignes franchissent le pas, dans l’alimentaire comme dans la distribution spécialisée. Auchan l’a mise en place pour le suivi de la viande sur toute la chaîne, du fournisseur au magasin, avec une traçabilité complète. Dans le textile, de nombreuses enseignes, comme Décathlon, l’ont mise en place en magasin ou sont en cours. Le premier retour sur investissement en magasin se fait d’abord sur l’exactitude et la gestion du stock et, au-delà, la RFID permet de dégager du temps aux équipes pour le réinvestir sur la vente, les activités de réception, d’encaissement ou encore de bipage et de générer des datas très utiles pour l’analyse.
 

3/ Le big ou smart data

L’utilisation du big data donne aux enseignes la capacité d’intégrer à la fois des données internes (clients, parcours clients en magasin ou en ligne) et externes (fournisseurs, prestataires, facteurs externes comme la météo, le trafic routier, etc.) et procure un avantage significatif dans le pilotage des flux. Cela permet une meilleure anticipation des pics d’activités et donc une optimisation des prévisions de vente, un meilleur ajustement des tournées et des circuits de livraison en fonction des contraintes de circulation (zones touristiques en juillet-août), un juste positionnement des stocks et la vision prédictive des commandes clients en fonction des parcours clients sur le web.

Amazon est le pionner dans ce domaine où il possède une longueur d’avance dans l’utilisation du Big Data pour optimiser ses flux tout en proposant une offre de services complète. De nouveaux prestataires comme Vékia émergent sur le marché et perfectionnent progressivement leurs offres, avec des enseignes précurseurs, comme Leroy Merlin, qui savent en tirer les bénéfices (réduction de 8% des stocks résiduels).

 

III) TRANSFORMER L’ORGANISATION
 

Anticiper et être agile ne se décrète pas ! Cela passe avant tout par une organisation supply chain performante au sens large. C’est en agissant sur sa structure, ses processus et outils, mais aussi son management et sa culture, que vous tirerez pleinement parti de la nouvelle ère dans laquelle est entrée la supply chain.

Un vaste chantier pour lequel nous identifions trois  axes prioritaires :
 

1/ Créer des cellules de veille pour anticiper et innover

Dans la même logique que les Fab Lab, certains retailer commencent à mettre en place des structures dédiées à  la veille et l’innovation, dans lesquelles pourra s’exprimer tout le potentiel de vos collaborateurs, par exemple les SC Lab, lieux d’échange et de créativité qui permettent d’innover grâce aux nouvelles technologies
 

2/ Investir dans de nouvelles compétences

65% des enfants qui entrent en primaire occuperont des emplois qui n’existent pas encore ! [Source : The Future of Jobs, Jan 2016, World Economic Forum]

Par exemple : Pas de big data sans data scientists: dotés de compétences analytiques fortes (simulation, analyse de corrélation, modélisation statistique…), ils sont au cœur de la compréhension des flux.
 

3/ Développer de nouvelles façons de travailler

Pour être agile il faut accepter que tout ne soit pas déterminé à 100%. Cela modifie radicalement les modes de travail et suppose une transformation managériale et culturelle :

> Adopter des approches de test & learn, indispensables pour progresser sans grande visibilité

> Développer des processus permettant la décision alors que toutes les informations en amont ne sont pas forcément disponibles

> Travailler en architecture ouverte avec vos fournisseurs, partenaires ou clients

.. autant de nouvelles méthodes à intégrer dans le savoir faire de vos équipes

 

4) CONCLUSION

La Supply Chain est au cœur des défis des enseignes : de fonction support et opérationnelle, principalement objectivée sur ses coûts, elle est devenue un levier de valeur ajoutée et de différenciation extrêmement fort. À ce titre, elle doit mener une triple transformation, celle de son écosystème, de ses outils et de son organisation…

… la révolution suivante de la Supply Chain sera peut être de transposer ces sujets au-delà des produits :  à quand une supply chain des services et de la data ?

 

Tribune parue dans le magazine Points de Vente, le 5 mars 2018, co-rédigée par Stéphanie Nadjarian et Mathieu Daude-Lagrave.