Kea & Partners - Partners for transformation

L'innovation managériale, au coeur des enjeux de l'entreprise

 

Arnaud Gangloff, Président

Zoom sur le Campus de l'Innovation Managériale

Close

L'innovation managériale est l'épicentre de la performance des entreprises

Close

« Entreprise libérée, entreprise « aspirationnelle », autonomie, auto-organisation… Que doivent retenir les dirigeants cette année, de l'innovation managériale ?

Ils peuvent déjà retenir l'intérêt qu'elle suscite. Plus de 1.500 personnes se sont déplacées, fin novembre, au premier campus consacré au sujet. A Cergy-Pontoise et, de surcroît, un samedi matin ! Sur le fond, nous avons pu vérifier, avec Isaac Getz, que la notion d'entreprise libérée était un thème fédérateur, mais qui recouvrait une grande diversité de pratiques. Leur ligne commune est la prise de conscience du fait que les collaborateurs constituent un actif de l'entreprise et que l'énergie collective est majeure pour la faire évoluer.
Que l'entreprise soit « libérée » ou rendue plus « autonome », il s'agit de développement managérial et de développement du collaborateur. Tous les concepts maniés pendant le campus montrent combien l'énergie humaine est au coeur des enjeux de développement de l'entreprise, alors que l'on pouvait considérer que la technologie, la stratégie et d'autres facteurs plus « froids » prédominaient.
 

Sur le terrain, où en sont les entreprises en termes d'innovation managériale ?

Les grandes entreprises et les ETI ont entamé, depuis dix ans, des réflexions autour du management et du développement managérial. Elles ont travaillé sur des modèles, sur la formation et la responsabilité de leurs managers, sur le déploiement du leadership. Ont-elles investi tout le champ de l'innovation managériale ?
Nous voyons bien que cette démarche est un peu plus récente. Beaucoup en sont au stade de l'expérimentation et les démarches ne sont pas suffisamment matures pour établir de bonnes pratiques.
 

Quelles sont ces expérimentations ?

Des entreprises impulsent un fonctionnement proche du design thinking. Issue de l'environnement produit, cette méthode qui s'appuie sur la capacité d'observation et de modélisation peut-elle s'appliquer dans le champ du management ? D'autres développent des approches de serious games, pour réaliser des mises en situation et créer un rituel d'entraînement, permettant notamment de garantir une bonne conduite en situation de stress. D'autres enfin vont tester des mécanismes de l'entreprise dite libérée.
Dans les usines Hervé Thermique, les équipes opérationnelles désignent la personne qu'elles estiment être la plus légitime pour les diriger. Cela peut tomber sur quelqu'un qui n'avait pas envie d'être chef mais dont la posture, l'attitude, les modes de coopération, la capacité à agir et interagir, font qu'aux yeux du collectif, il ou elle est légitime. C'est une innovation, peut-elle pour autant être généralisée ?
 

L'innovation managériale sert-elle la transformation ?

Si l'on considère que l'un des axes de la transformation est de donner du sens, l'entreprise doit s'appuyer sur les attentes et les besoins des nouvelles générations. Innover en productivité pour produire plus, consommer et faire consommer plus ?
Je ne suis pas certain qu'il y aura le marché en face. La responsabilité est aujourd'hui l'un des enjeux de la transformation. Par exemple, le rapport à l'alcool est un élément de la réflexion stratégique des alcooliers que nous accompagnons. Responsabilité et durabilité sont des axes majeurs de la stratégie de Pernod Ricard.
 

Les neurosciences et le transhumanisme commencent à percer dans le monde de l'entreprise…

La question est de savoir si l'on réfléchit aux possibilités de capacités augmentées à la manière d'un auteur de science-fiction et ou de façon plus pragmatique. Mettre des moteurs d'intelligence artificielle au service de chargés de clientèle pour leur permettre d'être plus efficaces, d'avoir une meilleure connaissance des clients et de proposer à ces derniers des réponses et des services adaptés, ne pose pas de problème.
Si je devais souligner un point auprès des entreprises, ce serait de vérifier que l'ensemble des innovations sont appréciées sous un angle responsable. La responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise est un garde-fou. Les questions de gouvernance, d'éthique et de management doivent tourner autour.

Arnaud Gangloff, Président Directeur Général, Kea&Partners
 

Tribune publiée le 27 décembre 2017 dans LesEchos.fr