Kea & Partners - Partners for transformation

Kea & Partners, un modèle de capitalisme responsable

 

Philippe Auther, Directeur associé

+6%
Croissance du marché du conseil en stratégie et management en 2015 (Consult'in France)

 

Le métier du conseil évolue, qu'en est-il de Kea ?

Close

Pourquoi Kea se projette à 10 ans : "Le projet Kea 20 ans"

Close

"De l’utilité économique et sociale du consultant"

Close

Hervé Baculard,
L'industrie repasse en tête ...

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le conseil

Close

Accédez à votre espace My Kea

Espace My Kea

La transformation est au cœur de nos pratiques de conseil

Close

Hervé Lefèvre
"Notre histoire"

Le partnership est le moyen de transmettre notre ADN

Close

La culture est plus forte que la stratégie

Close

Rencontre entre Philippe Auther, directeur associé chez Kea & Partners et Arnaud Gangloff, président du cabinet.

Arnaud Gangloff : Philippe, cela fait désormais plusieurs mois que tu es chez Kea & Partners. Qu’est ce qui  t’a séduit et convaincu de quitter le cabinet dans lequel tu travaillais pour nous rejoindre ?

Philippe Auther : Quand j’ai découvert le cabinet, ce qui m’a le plus marqué c’est la cohérence du modèle dans son ensemble.  Cohérence entre la taille du cabinet et son positionnement, cohérence également dans la manière dont le capital est organisé, sa répartition, son ouverture auprès des jeunes consultants, la limite d’âge et « l’exclusion » du partnership des associés à 57 ans dans des conditions économiques qui ne les incitent pas à vendre à l’extérieur mais de transmettre le capital aux plus jeunes… Je trouve que ce modèle a valeur d’exemple et d’enseignement.

Arnaud Gangloff : Cette cohérence du modèle que tu évoques a toujours fait partie des intentions des associés du cabinet et perdure aujourd’hui.

En ce qui concerne la transmission, l’intention des fondateurs était double : transmettre à la fois le capital, d’où cette ouverture capitalistique –aujourd’hui plus de la moitié des consultants sont actionnaires - et un projet entrepreunarial collectif. Nous avons choisi un système de rétribution responsable pour créer une dynamique collective avec des écarts de rétribution très raisonnables entre les associés. De même, nous pensons que l’exclusion des associés du capital à 57 ans permet de conserver le bon équilibre du cabinet.

Tu évoquais également la taille du cabinet, chez Kea & Partners nous pensons que si l’on se focalise sur la taille, on se détourne de son métier et surtout on réduit le niveau d’encadrement des équipes. Or, nous sommes sensibles à la stratégie autant qu’à l’exécution stratégique, nous n’avons jamais dérogé à la règle, 1 associé pour 8 consultants. Nous sommes convaincus que le niveau d’encadrement est un élément structurant, quelle que soit la taille, car il garantit le niveau d’expérience des équipes et le positionnement du cabinet.

Et contrairement  à beaucoup de cabinets de stratégie, notre pyramide de consultants est plutôt en « tube »  avec 50% de managers et plus et  50% de jeunes consultants. Nous pensons que pour être un interlocuteur crédible auprès des directions générales, dans le modèle de proximité qui est le nôtre, nous avons besoin de nous appuyer sur l’expertise des consultants expérimentés ainsi que sur l’énergie et l’intelligence des plus jeunes.

Philippe Auther : Et dans sa logique de croissance maitrisée, Kea & Partners a réussi à ne pas dévoyer son modèle et à rester dans une logique de conseil à forte valeur ajoutée.  Je pense qu’aujourd’hui il existe une véritable question autour de la valeur des cabinets de conseil. La tendance de fond a changé,  les clients ont appris à acheter du conseil et ils sont prêts à acheter du conseil de valeur tant que celle-ci est démontrée.
C’est pour cette raison que les cabinets doivent se remettre en cause en permanence et ne pas rester sur leurs acquis. Je pense que Kea & Partners l’a bien compris, le cabinet est en permanence dans l’innovation pour garder « un coup d’avance » et éviter la commoditisation.  Je pense que c’est aussi ce qui fait la singularité du cabinet.

Arnaud Gangloff : cette singularité que tu décris, Philippe, est inscrite dans les gènes du cabinet et s’articule autour de trois éléments :

  1. Des savoir-faire : nous prônons l’excellence dans l’art de la transformation c’est pourquoi l’innovation sur ce champ a toujours été une priorité stratégique.  Nous amenons nos consultants à s’imprégner de cette transformation, à être dans l’analytique d’un côté et dans l’émotionnel de l’autre, à savoir concilier les approches stratégiques avec celles liées à la culture.
  2. Nous souhaitons également que nos consultants développent leur esprit critique, qu’ils aient des convictions et les expriment.  Nous développons  des consultants engagés qui  sont force de proposition et de challenge vis-à-vis de nos clients.
  3. Enfin, dernier élément de notre singularité, notre style. Nos consultants ne sont pas arrogants et savent faire preuve d’humilité, ils ne s’approprient pas les succès de leurs clients et ils ont la capacité de dialoguer aussi bien avec des directions générales qu’avec les opérationnels qui sont au cœur de la transformation.

 

Philippe Auther : Pour moi, la véritable force du cabinet c’est qu’au-delà du discours, vous apportez la preuve de votre singularité, ne serait-ce que dans la manière dont le cabinet est piloté. Par exemple, en ce moment, l’ensemble du cabinet est associé à la réflexion sur la stratégie et le positionnement du cabinet dans 10 ans, tous les consultants sont donc impliqués dans le développement du cabinet.
Vous confiez de réelles responsabilités aux managers qui sont les associés de demain, les fonctions supports sont optimisées, les responsabilités sont partagées entre les associés, on est vraiment dans une logique de responsabilité collective. Même les bonus sont répartis selon un pilotage individuel et collectif,  autant d’éléments qui vous singularise des autres cabinets de conseil en stratégie et management !

Arnaud Gangloff : C’est en effet la force de notre modèle : la réussite globale de l’entreprise ne s’appuie que sur un seul P&L et toutes les incentives et rétributions sont basées sur celui-ci car c’est l’économie du cabinet qui prévaut.  
Notre système de rétribution et sa pratique sont singuliers car nous associons tous ceux qui ont contribué au succès commercial du cabinet et non uniquement les performances individuelles. Dans cette logique, les consultants ont intérêt à travailler ensemble quelles que soient leurs expertises. Et tous les ans nous pouvons prouver que la réussite collective profite mieux à chacun que la réussite individuelle !

Philippe, tu parlais de preuves, je suis en effet persuadé que nous devons communiquer sur les preuves  de cette singularité : le capital, la transmission, le positionnement … parce qu’elles constituent la véritable valeur ajoutée du cabinet.
Nous pouvons revendiquer que nos consultants sont des « consultants de direction générale » car ils apportent de l’expérience et de l’expertise à nos clients : nos associés sont présents sur projets.
Nous sommes également une école de conseil car nous formons les consultants sur le triptyque de notre positionnement, pour qu’ils s’approprient l’art de la transformation, notre style et qu’ils soient force de proposition. Et pour cela nous avons un taux d’activité adapté, non saturé pour leur laisser le temps d’être formé.
Depuis la création du cabinet nous consacrons 15% à 20% du temps des consultants aux travaux de développement et d’investissement. Nous avons une équipe dédiée qui développe des approches innovantes autour des questions de transformation et s’efforce de publier nos points de vue dans des médias tels que La Revue.

Chez Kea, le modèle est cohérent parce qu’il existe un équilibre entre la performance/ l’effort individuel et une dynamique collective.
Nous avons toujours voulu garder notre indépendance et ce depuis notre création. Nous sommes persuadés qu’il existe plusieurs manières de faire du conseil et nous voulons être un acteur dans la rénovation de ce métier et dans la manière de le pratiquer.

Je pense qu’aujourd’hui c’est une réalité : il existe une cohérence entre ce que nous sommes et la manière dont nous menons les projets de transformation chez nos clients. Hervé Baculard, Senior Partner de Kea, a pris la présidence de Consult'in France et nous sommes présents dans des cercles de réflexion autour du métier. Nous voulons être parmi les promoteurs du métier de conseil et de sa valeur ajoutée.

Philippe Auther: Je suis convaincu que c’est cette logique de capitalisme responsable qui interpelle et séduit nos clients. En tout cas, c’est cette cohérence et cette authenticité du modèle qui m’ont amené à vous rejoindre.